Les Perruches Ondulées

Forum de discussion entièrement consacré aux perruches ondulées.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les soins quotidiens

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Les soins quotidiens le Sam 29 Oct 2011 - 13:03

DE

avatar
Administrateur
Administrateur
Soins quotidiens

Le logement et les accessoires.
Ce sujet est très important car si, d'un côté, tous les éleveurs ont plus ou moins des idées claires, le néophyte se trouve toujours en difficulté lorsqu'il s'agit de choisir. C'est pourquoi, dans ce chapitre, nous allons chercher à évaluer les nombreuses possibilités offertes par les fabricants de cages et d'accessoires qui peuvent parfois s'avérer utiles mais qui ne sont aussi parfois qu'esthétiques.
Il ne faut tout d'abord pas oublier que les logements doivent être commodes et rationnels pour les animaux qui les habitent et, lorsque c'est possible, faciles à gérer pour l'éleveur. Il est vrai que les perruches ondulées vivent depuis des années en captivité et qu'elles le font sans trop en souffrir ; toutefois, cela ne signifie pas qu'elles n'ont pas besoin d'un minimum d'espace pour voler.
Il existe plusieurs possibilités allant de la cage aux gabions en passant par les volières d'intérieur et d'extérieur.
Les cages.
Les meilleures cages sont celles qui sont formées de barres en acier : faciles à nettoyer, elles ne rouillent pas et, si les barreaux sont robustes et espacés de 10 à 12 mm, elles sont aussi difficiles à casser ou à endommager par les becs solides de certaines espèces. De nombreuses excellentes cages sont en fer recouvert de zinc ; toutefois, elles ont le désavantage de "vieillir" plus rapidement et de rouiller aux points où la couverture de zinc est moins épaisse. On a également pu observer des cas d'intoxication au zinc avec des cages de ce genre en raison de l'apparition concomitante de deux facteurs négatifs. De nombreux éleveurs ont l'habitude de mettre les morceaux de fruits entre les barreaux pour éviter de les mettre au fond de la cage ou dans un récipient car les perruches attrapent ces fruits et les emmènent dans la cage : certaines les portent dans le nid, d'autres dans le récipient d'eau, dans la mangeoire, parmi les graines ou encore ailleurs. Lorsque les morceaux de fruit sont insérés entre les barreaux, les perruches ne détachent que le morceau qu'elles mangent et laissent le reste. Le fruit mouille alors les barreaux et petit à petit, la couverture de zinc se détache. Lorsque le fruit est fini, la perruche lèche la partie humide des barreaux qui a encore le goût du fruit et avec le temps il arrive qu'elle s'intoxique et meurt. Il est donc conseillé, si on possède une cage aux barreaux recouverts de zinc, d'éviter de poser les aliments à leur contact. La forme de cage la plus rationnelle est celle d'un parallélépipède à développement horizontal plutôt que vertical pour que l'ensemble de l'espace soit utilisable par les oiseaux. Sur les deux petits côtés, les barreaux doivent être horizontaux et non verticaux par rapport au fond de la cage car les perruches adorent l'escalade. Cette caractéristique est très appréciée des perruches puisque chaque paroi de la cage devient une sorte de petit escalier.
Pour un couple, l'espace vital minimal de la cage est de 60 x 40 x 45 cm.
Le boîtier amovible avec grille qui sert de séparation entre les oiseaux et le fond de la cage est indispensable pour nettoyer la cage et maintenir une bonne hygiène, ainsi que pour éviter que les oiseaux n'aillent fouiller dans les détritus. Etant donné que ces oiseaux apprécient peu d'être au sol, on peut même éliminer la grille à condition que l'on maintienne le fond de la cage toujours propre et recouvert de sable absorbant (la sépiolite déjà traitée aux antioxydants est idéale).
Il doit y avoir au moins quatre ouvertures, une de chaque côté de la cage ; il est préférable qu'elles soient à guillotine plutôt qu'à ressort car certaines perruches ondulées apprennent à les ouvrir plus facilement. Les portes de devant servent à entrer facilement les mains dans la cage ; celles des côtés servent à accrocher les nids. En fonction du type de mangeoire (frontale ou à insérer le long du petit côté), la cage devra être équipée des ouvertures adéquates.
Il est aussi indispensable que la cage soit suffisamment grande pour pouvoir y ajouter une cloison, soit pour séparer des sujets qui ne s'entendent pas, soit pour pouvoir attraper plus facilement un sujet que l'on veut contrôler ou changer de cage, sans qu'il s'échappe et vole avec affolement dans le logement.
De nombreux éleveurs utilisent un type de cage dit "à l'anglaise" dont les côtés, à l'exception du devant, sont constitués de panneaux aveugles : seuls la partie avant et le haut de la cage sont ouverts et la perruche ayant moins de contacts avec l'extérieur, se sent plus abritée ; toutefois elle perd l'opportunité d'escalader les barreaux, ce qu'elle apprécie particulièrement. C'est la raison pour laquelle j'aurais tendance à déconseiller ce type de cage, mis à part pour les couples très nerveux et peureux. Je conseille aussi à qui choisit ce type de cage de mettre quelques perchoirs sur les panneaux pour éviter que l'animal n'ait aucun endroit où prendre appui. Les cages "à l'anglaise" réduisent également la luminosité et, même s'il est vrai que le besoin de lumière des perruches n'est pas trop important, il faut être attentif à bien orienter la cage pour que la lumière soit suffisante.
Il est très important de savoir où et comment placer les cages. Il est évident que l'éleveur qui a alloué une pièce entière ou un local au logement de ses perruches ondulées n'a pas de problèmes importants. Il peut pendre les cages au mur ou sur une grille à crochets adaptée ; il peut superposer entre trois et cinq cages et installer dans le local un minuteur pour contrôler la lumière artificielle et un humidificateur pour créer l'humidité idéale pour l'éclosion des oeufs. Pour peu que le local soit bien aéré, l'élevage peut être actif.
Installer les perruches dans la maison est plus compliqué : il faut éviter toutes les pièces où, en général, on observe les écarts de température les plus importants ainsi que des courants d'air. La salle de bains et la cuisine que l'on aère souvent sont déconseillées ; restent les autres pièces de la maison où il faut chercher un emplacement lumineux sans qu'il soit directement devant une fenêtre pour éviter que le soleil tapant sur la vitre ne chauffe trop. L'emplacement doit être sans courants d'air et éloigné des sources de chaleur ; il doit aussi permettre aux oiseaux de dormir 8 heures par nuit sans interruption... Cela dit, il existe des couples de perruches ondulées qui vivent très bien et se reproduisent allègrement dans la cuisine ou dans le salon devant la télévision car elles ont de grandes facultés d'adaptation.
Les volières.
Lorsque l'on parle de volières, on pense généralement aux grandes volières des jardins qui tentent plus ou moins de reproduire l'environnement naturel où vivent ces animaux : un tronc d'arbre, des branches tordues, des reproductions de nids entre les rameaux, etc. Ces types de volières existent bien et elles sont souvent très tape-à-l'oeil, belles mais peu adaptées à la reproduction. En effet, les ornements trop nombreux empêchent de maintenir une propreté et une hygiène adaptées. Il est plus facile d'entretenir les volières possédant des perchoirs réguliers, même faits avec des branches qui, une fois sales, peuvent être enlevées et nettoyées ou remplacées ; des nids disposés de façon à pouvoir être inspectés facilement et un fond simplement recouvert de sable facile à nettoyer et à remplacer. Ce type de volière est adapté pour l'élevage de perruches à seule fin de jouir de leur beauté sans viser à la reproduction.
Ceux qui décident d'élever les perruches dans des volières extérieures à des fins de reproduction construisent normalement une série de logements juxtaposés possédant une paroi commune, de dimensions variables en fonction du nombre de sujets qu'on a l'intention d'y loger, depuis le couple jusqu'à la petite colonie. Normalement, on construit une structure avec un couloir terminé par les portes de la volière de telle sorte que, si un oiseau s'échappe de la volière, il reste dans le couloir. Il est aussi conseillé de couvrir le couloir ainsi que la moitié et les deux tiers de la volière avec une toiture isolée qui atténue les chaleurs estivales et le froid de l'hiver et d'y installer des mangeoires, des abreuvoirs et des nids sous la partie couverte. Les perruches ondulées s'adaptent bien à la vie en volière même au cours des mois les moins propices et à l'extérieur ; la reproduction est bonne, que ce soit en couple ou en colonie.
Les volières extérieures de toutes formes et de toutes dimensions doivent toujours être construites avec du grillage d'acier soudé par électricité avec de petites mailles et de gros fils d'acier, pour éviter que les petite rongeurs comme les campagnols ou les souris ne s'y entravent et que le bec des perruches ne coupe le fil d'acier s'il est trop fin. Les mailles doivent être de 1 x 1 cm ou, au maximum, de 1 x 2 cm, avec le fil de 3 - 4 mm de diamètre. Le fond de la volière doit être recouvert soit du même grillage soit de béton, toujours pour éviter que des animaux indésirables puissent y entrer en creusant.
Aujourd'hui, il est possible de construire de nombreuses sortes de volières avec des panneaux modulables préfabriqués qui satisfont toutes les exigences, qu'elles soient esthétiques ou fonctionnelles.
Il existe aussi des volières de grandes dimensions adaptées aux terrasses des maisons comme aux jardins. Elles sont montées sur roulettes et peuvent donc être déplacées à volonté. Lorsque cela s'avère nécessaire, on peut aussi les subdiviser en plusieurs logements de façon très rationnelle, horizontalement et verticalement. Les fabricants portent en général toute l'attention nécessaire aux finitions et aux ornements intérieurs de ces produits et ils constituent une bonne manière de s'équiper pour ceux qui ne sont pas experts dans l'élevage et qui ne sont pas des bricoleurs passionnés.
Pour les personnes qui élèvent des oiseaux en volière dans les régions où l'hiver est très rigoureux, il leur faut se poser le problème de la protection des oiseaux contre le froid : l'unique solution possible dans ce cas est de mettre des panneaux de "polycarbone" ou de plexiglas, les deux seuls types de panneaux transparents que l'on peut mettre au contact du bec de nos amis à plumes sans qu'ils risquent d'être réduits en lambeaux.
Les mangeoires et les abreuvoirs.
Les mangeoires et les abreuvoirs doivent répondre à trois conditions indispensables :


  • être composés de matériaux faciles à laver et à aseptiser ;
  • être faciles à manoeuvrer par l'éleveur :
  • contenir les aliments et l'eau sans que les oiseaux ne puissent trop les salir.
Une fois ces conditions primordiales satisfaites, le choix final pourra être dicté par le coût, par les préférences esthétiques de l'éleveur ou par tout autre paramètre que l'éleveur jugera important ou satisfaisant.
Pour les cages, il existe des vasques fermées à insérer de l'extérieur, de sorte que la perruche, pour manger, devra introduire sa tête dans la mangeoire elle-même. Avec ces mangeoires, les aliments ne peuvent être ni salis ni jetés à terre par les mouvements de tête de l'oiseau. Il y a également des mangeoires qui permettent de stocker des aliments pour plusieurs jours (le type d'aliment qui peut se conserver, comme les graines). Il existe aussi des vasques de plastique dur qui s'accrochent aux barreaux ou encore des mangeoires à écoulement qui s'insèrent le long du côté court de la cage.
Pour les volières, il existe des mangeoires tournantes très pratiques. Elles permettent à l'éleveur de faire tourner un plan doté d'une série de récipients d'acier ou de plastique dur sur un axe et de changer la nourriture sans entrer dans la volière, ce qui crée moins de troubles pour les animaux et facilite le travail de l'éleveur.
Les abreuvoirs peuvent prendre la forme de fontaines à écoulement que les perruches ondulées prennent dans leur gorge pour boire et mouiller leur nourriture ou de vasques qui permettent aux oiseaux de se baigner. Dans les deux cas, l'eau doit évidemment être changée chaque jour pour des raisons d'hygiène. Les éleveurs qui ont beaucoup de cages ou de volières peuvent les équiper de systèmes qui, partant d'une sorte de "centrale" (qui peut être une petite autoclave reliée à l'eau potable, ou une petite citerne), distribuent l'eau à chaque logement au moyen d'un tube de caoutchouc dur de petit diamètre (10 - 15 mm). L'eau est répartie au moyen de "becs" équipés d'un mécanisme qui conserve en permanence l'humidité d'un petit piston qui laisse couler de l'eau à chaque fois que la perruche le suce avec son bec et sa langue.
Il est important de rappeler, à ceux qui utilisent ce dernier système ou des fontaines à eau classiques, qu'il faut équiper les cages d'une vasque pour le bain au moins deux fois par semaine pendant l'année et tous les jours pendant la couvée, pour aider à maintenir les oeufs au bon taux d'humidité.
Une dernière recommandation pour ceux qui ont des colonies importantes : il est important d'installer plusieurs points de ravitaillement en nourriture et en eau dans la cage pour éviter que les sujets dominants, en se plaçant sur une mangeoire, n'empêchent les plus timides de manger suffisamment.
Pour distribuer les légumes et les fruits, on peut utiliser des râteliers qui permettent d'insérer les aliments que les animaux se plaisent à picorer ou effeuiller.
Les perchoirs.
Les perchoirs sont très importants : ils doivent être commodes, agréables aux pattes des oiseaux et leur permettre une bonne prise ; ils doivent être faciles à laver et à aseptiser ou à remplacer.
Pour les cages, les meilleurs perchoirs sont ceux qui sont en plastique rainurés, circulaires et d'un diamètre permettant aux doigts de bien les serrer sans que ceux qui sont tournés vers l'avant (qui attrapent le perchoir en se tournant vers l'arrière) ne viennent toucher ceux qui sont tournés vers l'arrière (qui attrapent le perchoir en se penchant vers l'avant). L'emplacement des perchoirs ne doit pas empêcher le vol des oiseaux à l'intérieur de la cage. Pour les volières, on préférera les branches et en particulier les branches d'acacia débarrassées de leur écorce et séchées au soleil pour créer des perchoirs qui durent plus longtemps et que l'on peut remplacer lorsqu'ils sont sales ou rongés.
Les jeux.
Toutes les perruches ondulées aiment jouer, leur jeu préféré étant sans aucun doute de ronger. Il est donc idéal de leur fournir des branches fraîches soit dans la cage soit dans la volière. Les clochettes ou les objets qui émettent un tintement divertissent aussi parfois les perruches : une chaîne suspendue est, par exemple, un jeu souvent prisé par les perruches pour l'escalader et faire un peu de bruit.
Il ne faut pas oublier que ces animaux sont très curieux et tendent à déplacer toute chose que leur bec réussit à attraper et leur cou à soulever : il est donc préférable de ne pas mettre de jeux en matériaux friables qui pourraient être préjudiciables à la santé des perruches. Il vaut donc mieux ne fournir que des jeux construits en bois et corde, en acier et bois ou au pire en plastique dur.
D'une certaine manière, on peut aussi considérer comme des jeux des aliments complémentaires comme l'os de seiche, qui peut être suspendu avec un fil d'acier au grillage de la volière ou aux barreaux de la cage ou encore les bouquets d'herbe des champs (pissenlit et mouron blanc) ou les morceaux de pain sec insérés dans les râteliers que les oiseaux aiment à ronger même lorsqu'ils n'ont pas faim...
L'important est que les jeux n'occupent pas trop d'espace en rendant le logement invivable...
Les nids.
Un bon nid est une sorte de boîte d'environ 20 x 25 cm de côté et de 25 cm de hauteur, avec un trou rond de 5 cm de diamètre et une paroi que l'on peut ouvrir pour inspecter le nid. En général, ceux qui s'ouvrent d'un côté disposent aussi d'un boîtier amovible qui permet d'inspecter et de nettoyer plus facilement le nid ; en revanche, ceux qui s'ouvrent sur le dessus n'ont pas de boîtier amovible. Sous le trou d'entrée, il y a généralement un perchoir pour faciliter l'entrée et la sortie des perruches.
Les nids doivent être en bois, si possible en sapin vieilli, ou en tout autre bois non toxique si les oiseaux le rongent. L'idéal sont les nids en contreplaqué marin que les oiseaux ne rongent pas parce que le goût du bois traité avec des durcisseurs et des imperméabilisants ne leur plait absolument pas. Les perruches ondulées n'ont pas besoin de rembourrage dans leurs nids, à l'exception d'un peu de copeaux de bois fins débarrassés de leur poussière pour juste recouvrir le fond du nid.
L'élevage.
L'élevage inclut toutes les activités permettant de mettre l'animal à l'aise en votre compagnie. Elever une perruche n'est pas chose difficile car l'ondulée a peu d'exigences et il suffira, pour y parvenir, de suivre les quelques règles élémentaires ci-dessous.
L'hygiène de la perruche.
L'hygiène est d'une grande importance et les perruches passent une bonne partie de la journée à se nettoyer et à lisser leur plumage, en particulier les plumes des ailes qui revêtent une grande importance pour le vol. En revanche, elles n'aiment pas le bain ; elles utilisent rarement la baignoire, même quand elle est à leur disposition.
On peut y suppléer en la lavant au moyen d'un vaporisateur pour plantes. Il est important d'effectuer cette opération pendant les heures chaudes de la journée afin que l'animal sèche assez rapidement. Il faut aussi veiller à ce qu'il ne soit pas exposé aux courants d'air quand il est mouillé, sans quoi il peut attraper des maladies respiratoires graves.
L'hygiène du bec et des ongles.
La coupe du bec et des ongles fait aussi partie de l'hygiène des perruches. On peut souvent voir l'animal se frotter le bec contre le perchoir : il le nettoie des impuretés et en affûte les bords qui lui permettent de décortiquer les graines. L'os de seiche a la même fonction, sans compter son apport en calcium et en sels minéraux. Néanmoins, il peut arriver que le bec, surtout en sa partie supérieure, devienne trop long. Vous devez alors intervenir sinon votre oiseau éprouvera des difficultés à s'alimenter.
Il faut se munir de ciseaux bien affûtés et couper la partie excédentaire du bec qui est plus fine et de couleur plus claire. Attention à ne pas trop couper sinon il y aura un fort écoulement de sang. Pour ceux qui ne se sentent pas le courage d'accomplir cette opération, il est conseillé de s'adresser directement à un vétérinaire.
Les ongles aussi ont besoin d'être écourtés car les perruches n'ont guère la possibilité de les user dans leur cage. Avec une paire de ciseaux toujours bien affûtés, vous devrez tailler la partie excédentaire de l'ongle en tenant celui-ci à contre-jour pour repérer le vaisseau sanguin afin de ne pas l'entailler.
L'hygiène de la cage et des accessoires.
Vous y pourvoirez en accomplissant un nettoyage qui doit être toujours scrupuleux, sans quoi la saleté qui se dépose dans les angles du bac, par exemple, peut devenir le réceptacle de parasites et de virus.
Les mangeoires contenant les graines doivent être lavées et aseptisées avec un produit désinfectant, l'eau de Javel par exemple, une fois par semaine. Celles qui contiennent des denrées périssables comme les fruits, de la salade, des biscuits, doivent être lavées tous les deux jours. Les abreuvoirs doivent aussi être lavés et désinfectés avec un produit désinfectant et ce tous les jours, particulièrement en été pour éviter de dangereuse fermentations.
La nourriture et l'eau.
L'administration d'eau et de nourriture fait partie de l'élevage. Nous avons déjà mentionné que l'eau doit être renouvelée tous les jours durant les mois chauds et tous les deux jours en hiver. Le même sort échoit aux denrées périssables : fruits, salades et pâtée à l'oeuf sont déposés le matin afin que l'oiseau ait toute la journée pour les consommer ; le soir on doit ôter les restes pour éviter le développement de dangereuses moisissures qui, si elles sont ingérées, peuvent aller jusqu'à causer la mort du sujet. En revanche, le mélange de graines peut rester dans la cage plusieurs jours, jusqu'à ce que la perruche l'ait mangé.
La sortie libre.
La meilleure manière de maintenir sa perruche en forme et en bonne santé est de lui permettre de temps en temps de voler librement dans la maison. Mais il faut pour cela que la perruche soit suffisamment domestiquée pour rentrer sans problèmes dans sa cage et éviter certains obstacles qui pourraient représenter un sérieux danger. Pour faciliter son retour, il est conseillé de fixer un perchoir à la porte d'entrée agrémenté d'une grappe de millet.
La reproduction fait aussi partie de l'élevage mais, une rubrique lui est consacrée.



Préférez l'éleveur à l'oisellerie

Sans nature, pas de futur (N Hulot)

Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve. (St Exupéry)

Celui qui tue volontairement un animal ne peut prétentre qu'il aime les animaux, parce qu'on ne tue pas ceux qu'on aime !






Image hébergée par servimg.com

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum